DRM transportcoursubventionrolevente
E-mailImprimer

Les élus de la MRC de Montcalm reçoivent le ministre des Affaires municipales

Sainte-Julienne, le 6 novembre 2015 — La MRC de Montcalm a eu l’honneur de recevoir la visite du ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT), M. Pierre Moreau, le 30 octobre dernier. Organisée par la ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, cette rencontre avait pour but de discuter du schéma d’aménagement révisé de la MRC, présenté au MAMOT en mars dernier, et qui n’a toujours pas reçu l’aval du Ministère.

Un comité a été formé pour représenter les membres du conseil lors d’un court entretien avec le ministre. Composé de Mme Danielle H. Allard, préfète, M. Patrick Massé, maire de Saint-Lin–Laurentides, M. Georges Locas, maire de Saint-Roch-de-l’Achigan, Mme Line Laporte, directrice générale et secrétaire-trésorière de la MRC et de M. Michel Collins, consultant de la firme BC2, ce comité s’est exprimé sur le projet de schéma de la MRC.

IMG 0551De gauche à droite : Patrick Massé, maire de Saint-Lin–Laurentides, Georges Locas, maire de Saint-Roch-de-l’Achigan, Ghislaine Pomerleau, mairesse de Saint-Liguori, Mario Racette, maire de Saint-Roch-Ouest, Danielle H. Allard, préfète de la MRC, Michel Brisson, maire de Saint-Esprit, le ministre Pierre Moreau, Robert Perreault, maire de Saint-Alexis et Marcel Jetté, maire de Sainte-Julienne. N’ont pu être présents : Véronique Venne, mairesse de Sainte-Marie-Salomé, Louis-Charles Thouin, maire de Saint-Calixte et Pierre La Salle, maire de Saint-Jacques.

Ils ont mentionné au ministre que le document présenté au MAMOT était le résultat de plusieurs années de travail et de réflexion et qu’il a été adopté à l’unanimité par les membres du conseil. Mme Allard a renchéri : « La MRC de Montcalm a mis beaucoup d’effort pour se donner une vision de développement et assurer une cohérence dans l’aménagement de son territoire. Notre schéma révisé reflète les caractéristiques de notre MRC et vise à protéger nos agriculteurs. Il tient compte aussi des orientations qui ont découlé de plusieurs exercices de planification et de concertation. De plus, les exigences du MAMOT ont été respectées. »

Le comité a profité de l’occasion pour expliquer au ministre comment il était difficile pour les MRC au Québec de faire approuver leur schéma d’aménagement. Ils lui ont demandé d’aborder la question avec les gestionnaires des différents ministères impliqués dans l’analyse des projets de schéma d’aménagement afin que ces derniers puissent analyser les dossiers, non pas en fonction d’une grille uniforme à l’ensemble de la province, mais plutôt selon les spécificités des régions.

En terminant, la préfète s’est dite satisfaite de la rencontre avec le ministre Moreau et souhaite que celle-ci ait un impact positif sur la suite des choses, non seulement pour Montcalm, mais pour l’ensemble des MRC. « Le schéma d’aménagement de la MRC de Montcalm a été élaboré en collaboration avec les acteurs du milieu et il est attendu de tous. Ce dossier fait d’ailleurs l’objet de discussions à toutes les séances du conseil. Le ministre Moreau s’est montré à l’écoute des élus de Montcalm. Je souhaite maintenant que notre schéma révisé soit approuvé dès que possible afin que nous puissions lancer nos projets de développement pour l’essor de notre territoire. J’ai également le même souhait pour les autres MRC dans la même situation que Montcalm  », de conclure Mme Allard.

Au terme de l’entretien du comité avec le ministre, plusieurs maires et mairesses des municipalités locales se sont joints à la rencontre afin de saluer M. Pierre Moreau.

E-mailImprimer

Le projet de PGMR de la MRC de Montcalm disponible sur internet

Sainte-Julienne, le 2 novembre 2015  — Lors de la séance du conseil du 20 octobre dernier, les membres ont adopté un Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) révisé en fonction des nouvelles exigences du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Ce projet de plan a été déposé sur ce site, dans la section Service, onglet Environnement.

La population est invitée à consulter ce document, car le PGMR sera soumis à des consultations publiques en début d'année 2016. Les citoyennes et citoyens ainsi que tous les autres acteurs du milieu seront invités à donner leurs commentaires lors de soirées dont les dates seront annoncées dans les médias. 

Qu'est-ce qu'un PGMR?

Il s’agit d’un document qui sert à planifier les services, les installations, les collectes, les programmes ainsi que les ressources humaines, matérielles et financières servant à gérer les matières résiduelles. Le PGMR doit être conforme à la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles et doit tenir compte de tous les secteurs qui produisent des matières résiduelles : résidences, industries, commerces, institutions, construction, rénovation et démolition.

Dans sa nouvelle politique de gestion des matières résiduelles, le gouvernement souhaiterait que, seul le résidu ultime, celui que l’on ne peut pas récupérer, soit mis à la poubelle, donc envoyé à l’élimination. Il a d’ailleurs mis sur pied, il y a quelques années, un système de redevances aux municipalités basé sur leur performance à recycler et à composter. De plus, le gouvernement compte bannir, dans un proche avenir, plusieurs produits des sites d’enfouissement et la MRC a dû en tenir compte dans la révision de son PGMR. Les matières visées sont : les papiers/cartons, le bois et les matières organiques.

Le PGMR déposé sur le site internet de la MRC dresse un portrait de la situation actuelle, détermine les objectifs à atteindre en conformité avec la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles et identifie des mesures à mettre en place pour en favoriser l’atteinte. Vous pouvez également obtenir le document en communiquant avec nous au : 450 831-2182 (sans frais : 1 888 242-2412) ou en vous présentant à nos bureaux durant nos heures d’ouverture au : 1540, rue Albert à Sainte-Julienne. Nous sommes ouverts du lundi au jeudi de 8 h à 12 h et de 12 h 45 à 16 h 30 et le vendredi de 8 h à 12 h. Le document est aussi disponible au bureau des municipalités locales.

Rappelons, en terminant, qu’en vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement, la MRC de Montcalm a l’obligation d’élaborer un PGMR pour son territoire, de l’adopter et de le réviser tous les cinq ans.

E-mailImprimer

Semaine de la prévention des incendies - La MRC lance un vaste programme d’inspections des bâtiments agricoles

Sainte-Julienne, le 1er octobre 2015 — La préfète de la MRC de Montcalm, Mme Danielle H. Allard, se trouvait aujourd’hui à la ferme de M. Clément Allard à Saint-Alexis en compagnie de quelques dignitaires et de l’équipe de prévention en sécurité incendie de la MRC. Le but de ce rassemblement : lancer un vaste programme d’inspections des bâtiments agricoles sur le territoire dans le cadre de la Semaine de prévention des incendies, qui se déroule à l’échelle nationale du 4 au 10 octobre.

Sous le thème : « La prévention, je la cultive », ce programme fait partie des activités liées au déploiement du schéma de couverture de risques de la MRC. Mme Allard a rappelé que ce schéma est une obligation qui a été confiée à toutes les MRC du Québec par le gouvernement et ajoute : « Il y a dans Montcalm beaucoup de bâtiments agricoles, et lorsqu’un feu survient dans ce type de bâtiment, les pertes matérielles et financières sont très élevées. Par le biais de ce programme, la MRC veut protéger la vie et la santé de ses agriculteurs et leur famille, tout en préservant ce secteur d’activité qui représente un moteur important de notre économie. »

prevention

La préfète de la MRC de Montcalm, Mme Danielle H. Allard, est entourée de M. Patrick Watson, technicien en prévention des incendies de la MRC, de M. Clément Allard, agriculteur et de M. Robert Perreault, maire de Saint-Alexis. 

Selon les données recueillies par le ministère de la Sécurité publique de 2010 à 2013, il y a en moyenne plus de 210 incendies chaque année dans des bâtiments d’usage agricole au Québec entraînant des pertes moyennes annuelles évaluées à plus de 41 millions de $. La principale cause de ces incendies (un sur 3) est la défaillance ou la défectuosité mécanique ou électrique. Plus de 73 % de ces incendies surviennent dans des bâtiments agricoles où il n’y a pas de mécanisme de détection d’incendie.

Les inspections des bâtiments de ferme situés dans la MRC de Montcalm seront effectuées par le préventionniste de la MRC, M. Patrick Watson. « Mon travail est d’informer, de sensibiliser et de conseiller les exploitants agricoles en matière de sécurité incendie tout en m’assurant que leurs bâtiments sont sécuritaires », a expliqué M. Watson. Ce sont les fermes situées dans les municipalités de Saint-Alexis et de Saint-Roch-Ouest qui seront les premières visitées.

M. Watson a d’ailleurs procédé, au terme du point de presse, à l’inspection des bâtiments de M. Clément Allard, un important producteur d’œufs de la région. M. Allard, qui a déjà vécu deux incendies au cours de sa carrière, voit d’un œil positif le programme d’inspections lancé par la MRC. « L’un des incendies survenus dans mes bâtiments a été causé par une souris qui a grugé des fils électriques. Cet incident aurait pu être évité. C’est la sécurité de ma famille qui est en jeu et c’est le travail de toute une vie qui part en fumée quand un feu est déclaré dans une ferme comme la mienne. », a exprimé M. Clément Allard.

Pour toute question relative au programme d’inspections des bâtiments agricoles de la MRC, les citoyens peuvent communiquer avec le module de Prévention des incendies de la MRC au : 450 831-2182, poste 7953.

Rappelons que le schéma de couverture de risques révisé de la MRC a été adopté par le conseil et approuvé par le ministère en 2012. L’année suivante, la MRC créait le Module de prévention incendie et embauchait un coordonnateur régional, M. Jacques Babin. Puis, un préventionniste, M. Patrick Watson, s’est joint à l’équipe en 2014. 

Depuis, beaucoup de travail a été effectué. Toutes les écoles et les garderies du territoire ont été visitées ainsi que les bâtiments abritant un lieu de sommeil, comme les résidences pour personnes âgées. Les bâtiments qui représentent un risque élevé, comme les bâtiments industriels, ont aussi été inspectés par le préventionniste de la MRC. L’étape suivante est celle annoncée aujourd’hui par la MRC, soit l’inspection des bâtiments agricoles et on en compte environ 500 sur le territoire. 

E-mailImprimer

La MRC de Montcalm rencontre plusieurs ministres à l’Assemblée nationale

Sainte-Julienne, le 2 octobre 2015  —  Mme Danielle H. Allard, préfète de la MRC et M. Patrick Massé, préfet suppléant et maire de Saint-Lin–Laurentides étaient à l’Assemblée nationale le 30 septembre dernier. Ils ont rencontré la ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, ainsi que le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, M. Pierre Arcand, dans le cadre du dossier de la ligne à 735 kV de la Chamouchouane–Bout-de-l'Île.

ministrePierre-Luc Bellerose, attaché politique de la ministre Thériault, Danielle H. Allard, préfète, Lise Thériault, ministre et Patrick Massé, préfet suppléant et maire de Saint-Lin-Laurentides.

Cette visite a permis aux représentants de la MRC de rappeler à Québec la position lanaudoise et montcalmoise dans ce dossier. La réglementation municipale a été au cœur des discussions. Par la même occasion, Mme Allard et M. Massé ont pu interpeller deux autres ministres sur des dossiers concernant l’aménagement du territoire de la MRC : M. Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales et M. Laurent Lessard, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs.

La préfète s’est dite satisfaite de sa journée. « Nous sommes heureux d’avoir rencontré ces ministres et d’avoir pu discuter avec eux de certains enjeux concernant la MRC de Montcalm. Nous avons pu nous exprimer sur plusieurs dossiers, tels que notre schéma d’aménagement, et leur faire part de nos préoccupations. Ce fut une première visite fructueuse et il y en aura d’autres, » de souligner Mme Allard, puisque la ministre de la région lui a confirmé une visite prochaine dans Lanaudière en compagnie de son collègue aux Affaires municipales.

E-mailImprimer

Démission de M. Norbert Vendette, directeur du Service de sécurité incendie de la MRC de Montcalm

Sainte-Julienne, le 23 septembre 2015 — La directrice générale de la MRC de Montcalm, Mme Line Laporte, annonce la démission de M. Norbert Vendette, directeur du Service de sécurité incendie de la MRC. La décision de M. Vendette est parvenue à la directrice générale dans une lettre reçue le 15 septembre et dans laquelle le directeur évoque des raisons personnelles pour expliquer son départ du Service de sécurité incendie de la MRC.

norbert vendette DSC 0687 2La carrière de M. Vendette dans la MRC de Montcalm a débuté en 1984 alors qu’il a été nommé pompier à la caserne de Saint-Roch-de-l’Achigan. Il est ensuite devenu capitaine et directeur par intérim de ce service. En 2010, M. Vendette a participé à la création du Service de sécurité incendie de la MRC, et cette même année, il est devenu le directeur de cette organisation regroupant les municipalités de Saint-Alexis, de Saint-Esprit et de Saint-Roch-de-l’Achigan.

La directrice générale de la MRC assure que tout a été mis en œuvre pour maintenir la qualité des services. « L’ensemble des activités prévues par le Service de sécurité incendie de la MRC de Montcalm sont maintenues. Puis, le temps qu’un processus de remplacement formel s’organise, l’intérim à la direction du service est assuré par le chef de division, M. Benoît Grégoire (caserne de Saint-Alexis) et les deux chefs de district, M. Michel Amesse (caserne de Saint-Roch-de-l’Achigan) et M. Alain Robert (caserne de Saint-Esprit). »

Mme Laporte a ajouté : « Au nom de l’équipe de la MRC, je remercie M. Vendette pour ses nombreuses années au service de la population montcalmoise et je lui souhaite bon succès dans tous ses projets. »

Rappelons que le Service de sécurité incendie de la MRC de Montcalm traite en moyenne 300 dossiers annuellement, incluant les appels d’urgence, les visites de prévention dans les différents immeubles, les enquêtes et les activités d’éducation au public. Afin de bien accomplir ses responsabilités, le service compte sur quatre officiers-cadres, huit lieutenants et 47 pompiers, répartis dans trois casernes et neuf véhicules d’urgence.

 
 

covoiturage lanaudiere

heures de glaces 2015 module

constatsexpress

omnium golf 2018