Où souhaitez-vous
partager cette page?

Plan de développement de la zone agricole

Qu’est-ce qu’un PDZA?

Selon le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, le plan de développement de la zone agricole (PDZA) est un document de planification qui vise à mettre en valeur la zone agricole d’une municipalité régionale de comté (MRC) en favorisant le développement durable des activités agricoles.

Le PDZA est complémentaire et compatible aux diverses démarches de planification réalisées dans la MRC ou la région (ex. : schéma d’aménagement et de développement, plan d’action local pour l’économie et l’emploi, plan stratégique sectoriel en agriculture).

  • Le Plan de développement de la zone agricole (PDZA) de la MRC de Montcalm

    Forte de sa zone agricole couvrant approximativement 63% du territoire de la MRC, la MRC de Montcalm accorde une grande importance au développement des activités agricoles sur son territoire.

    De ce fait, la MRC a adoptée en juin 2017 son PDZA, et ce, grâce à un important exercice de concertation et de collaboration avec les divers acteurs du monde agricole. Celui-ci est le fruit de plusieurs rencontres d’échanges avec le milieu agricole et permet, de bien cerner les particularités régionales du secteur agricole de la MRC.

    Cette réalisation du PDZA s’est articulée autour de trois grandes étapes : 

    • Réalisation d’un portrait agricole et agroalimentaire du territoire et des activités de Montcalm ;

    • Élaboration d’un diagnostic du milieu ;

    • Définition de la vision d’avenir, des orientations et du plan d’action.

  • Les objectifs du PDZA

    Le PDZA de la MRC de Montcalm contient un portrait de la zone agricole, un diagnostic et une description des enjeux, un énoncé de vision stratégique ainsi qu’un plan d’action.

    Un tel plan doit :

    • mettre en valeur les entreprises agricoles et leurs produits ;

    • viser l’accroissement ou la diversification des productions, des produits, des modèles d’entreprise ou des modes de mise en marché ;

    • favoriser la reconnaissance de la multifonctionnalité de l’agriculture ;

    • encourager le développement d’activités complémentaires telles que l’agrotourisme ou la transformation à la ferme.